UNREC updates

Le projet conjoint d’appui à la mise en œuvre de la Convention de l'Afrique centrale pour le contrôle des armes légères et de petit calibre (ALPC), de leurs munitions et de toutes pièces et composantes pouvant servir à leur fabrication, réparation et assemblage, dite Convention de Kinshasa, a été lancé par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), le Centre régional des Nations Unies pour la paix et le désarmement en Afrique (UNREC) et le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA).

C’était  le 7 décembre 2018 à N’Djamena au Tchad, en marge de la 47e réunion ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC).

La cérémonie de lancement a été marquée par la signature d’un Mémorandum d’entente entre la CEEAC, l’UNOCA et l’UNREC.

Au nom de leurs institutions respectives, MM. Ahmad Allam-mi (Secrétaire Général de la CEEAC), François Louncény Fall (RSSG en Afrique centrale) et Anselme N. Yabouri (Directeur de l’UNREC) se sont ainsi formellement engagés à entreprendre des actions conjointes et à soutenir des initiatives visant à « empêcher, combattre et éliminer la fabrication illicite, l'accumulation excessive et déstabilisatrice, le trafic, la possession et l'utilisation illicites des ALPC ».

Entrée en vigueur le 8 mars 2017, la Convention de Kinshasa reste un cadre idéal pour faire face à la menace multidimensionnelle qu’est le commerce illicite des armes légères, ainsi qu’un instrument efficace pour faciliter l’atteinte des objectifs de l’Agenda 2063 de l’Union africaine (UA) qui plaide pour que « toutes les armes soient réduites au silence » d’ici 2020. Dans le même esprit, elle constitue une base essentielle pour la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD), en particulier l’Objectif 16 dont l’un des points souligne la nécessité de « réduire nettement les flux financiers illicites et le trafic d’armes » d’ici 2030.

Au terme de ce projet, il est espéré que les 4 Etats restant à savoir le Burundi, la Guinée équatoriale, le Rwanda et la République démocratique du Congo auront ratifié la Convention, plus de 300 exemplaires du Guide de mise en œuvre seront distribués, les Etats n’ayant pas de commission nationales ni de plan d’action national se seront conformés aux dispositions de la Convention, et que les cadres législatifs des 11 Etats seront harmonisés conformément aux normes et directives internationales de contrôle des armes et de munitions.

tofhier1tof4

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Inscription a notre newsletter

() Mandatory fields

×

UNREC on Facebook